5 signes pour reconnaître un fumeur de joint

Quelles sont les astuces qui permettent de savoir si quelqu’un consomme de la marijuana ? Certains signes trahissent les fumeurs de joint… On en liste quelques-uns pour vous.

Comment reconnaître un fumeur de joint ?

Reconnaître un fumeur de joint : quels signes le trahissent ?
Reconnaître un fumeur de joint : quels signes le trahissent ?

Vous vous posez des questions sur vos proches : consomment-ils du cannabis ? Une addiction qui peut mettre en soucis les parents mais aussi les compagnons et compagnes des consommateurs de joints.

1 – Les accessoires

Un fumeur de joint aura en sa possession quelques accessoires qui peuvent trahir son addiction : des feuilles à rouler, des morceaux de cartons, des cigarettes déchirées, voire même des sachets contenant LA substance illicite. Bâton de résine de cannabis ou têtes d’herbes séchées. Enfin, autre accessoire qui ne fait aucun doute : le « grinder ». Cet ustensile permet de découper et broyer la marijuana.

2 – Pas une simple cigarette

Les fumeurs de tabac peuvent acheter des paquets de cigarettes ou du tabac à rouler. Un fumeur de joint pourra prétendre qu’il consomme du simple tabac, alors qu’il s’agira en fait de cannabis. Alors, comment différencier une cigarette d’un joint ? Quelques indices peuvent vous mettre sur la piste.

Tout d’abord, un joint sera moins fin qu’une cigarette. En effet, il contient généralement du tabac plus des miettes de résine ou de marijuana. Les feuilles à rouler sont également plus longues ou assemblées en deux.

Autre indice, la fumée d’un joint sera beaucoup plus compacte que celle d’une cigarette. L’odeur qui s’en dégage est aussi totalement différente, plus prononcée.

Le grinder permet de broyer la tête de cannabis. Un accessoire qui trahit la consommation.
Le grinder permet de broyer la tête de cannabis. Un accessoire qui trahit la consommation.

3 – Le fumeur de joint se trahit par son comportement et son apparence

Les effets du joint sont quasiment immédiats sur le consommateur. Un adolescent qui consomme du cannabis aura les pupilles dilatées, les yeux rougis, et bien souvent mi-clos. Ses mouvements et ses déplacements seront également plus lents. Le consommateur de marijuana aura la bouche sèche et très soif. C’est lié à la molécule qui assèche les parois muqueuses de l’organisme. Son appétit après avoir fumé un joint sera décuplé. Gare aux fringales intempestives qui peuvent trahir un problème d’addiction !

Vous remarquerez également ses doigts jaunis ainsi qu’une forte toux : soit par la cigarette mais aussi par la consommation de marijuana.

4 – Des changements dans la personnalité

Votre conjoint s’emporte pour un rien ? Votre adolescent est irritable sans aucune raison ? Vous sentez qu’il s’isole, change de comportement et devient cachottier ? C’est un des effets de l’addiction au cannabis. On compte aussi une tendance à la paranoïa. Les fumeurs de joint ont tendance à penser que tout le monde est au courant de leurs penchants.

Autre changement de personnalité à remarquer, un sentiment de déprime lorsque le consommateur n’a pas fumé depuis un certain temps et qu’il ressent un manque.

Le cannabis est une réelle addiction qui peut avoir des dommages irréversibles sur le cerveau en attaquant le psychisme. Il peut également être à l’origine de troubles de la mémoire et de la concentration.

5 – Un stress décuplé

Le fumeur de joint pourra expérimenter de vraies crises d’angoisse lorsqu’il sent qu’il est en manque de marijuana. Ces épisodes de stress se traduisent par deux causes :

  1. l’impossibilité de se fournir en drogue (soit par manque de moyens soit en cas d’absence de son fournisseur)
  2. la paranoïa d’être découvert (se sent suivi, épié et dissimule ses effets pour ne pas se trahir)

Le stress lié à l’illégalité de la consommation de cannabis en France vient s’ajouter à ce sentiment provoqué par la dépendance.

Les adolescents testent le cannabis pour la première fois à environ 15 ans.
Les adolescents testent le cannabis pour la première fois à environ 15 ans.

Comment aider vos proches ?

Le cannabis est une substance très addictive. Lorsque vous êtes sûr(e)s que votre proche fume des joints, vous pouvez dans un premier temps en discuter posément avec lui, sans le confronter. Une discussion bienveillante le fera se sentir en confiance, contrairement à l’agressivité qui pourra renforcer ce sentiment d’exclusion créé par la consommation de marijuana. Pensez également à demander une aide médicale. Des sites et lieux spécialisés répertorient les centres d’aides les plus proches de votre domicile.

Quelles alternatives au cannabis ?

Les produits CBD sont une excellente alternative au cannabis. Le cannabidiol ou CBD compte parmi les molécules présentes dans le chanvre. Il contient de nombreuses vertus et aide à réduire l’anxiété. Son action régénérante et anti-inflammatoire soigne bien des pathologies. Le CBD se consomme sous de nombreuses formes : huile, fleur, tisane, cristaux, spray, e-liquide etc… Sous la langue, en infusion, en crème, en gélules, à vapoter ou directement dans vos plats, ses nombreux bienfaits séduisent de plus en plus les adeptes du bien-être.

Prenons le cas de la fleur de CBD. Il s’agit du bourgeon du chanvre qui est récolté lorsque la fleur est arrivée à maturité. En plus de ses nombreux avantages sur notre corps, elle est consommée en toute légalité. Pour ceci, elle doit avoir un taux de THC inférieur à 0,2%. Le THC, autre molécule du cannabis, provoque les effets psychotropes recherchés par les fumeurs de joint.

Le CBD est une alternative pour les fumeurs de joint.
Le CBD est une alternative pour les fumeurs de joint.
Sending
Cet article vous a été utile ?
4 (1 vote)

Laisser un avis